NZ | FROM THE WEST TO THE EAST

L’écran du téléphone est catégorique…  Neige à Genève. Pluie à Milford. Une affirmation que nous avons de la peine à prendre pour crédible, car au dessus de nos têtes, le ciel joueur comme jamais nous nargue de son bleu, semblant nous souffler à l’oreille : « à un jour près… ». Connard. Dubitatifs, mais conscients du chemin qu’il nous reste à accomplir, nous faisons le choix de remonter en direction de Queenstown qui s’esquisse comme un point d’ancrage tout trouvé à la mi-journée. Nous avons reçu de bons échos de la part de Mathieu et de Pierre qui la quittent pour rejoindre Te Anau, le coeur des Fiordland. Nos chemins dès lors se séparent pour quelques temps…

Alors nous remettons le contact du van en marche et arpentons monts et collines que les moutons croquent sans sourciller. Nous en avons la preuve la plus sincère, considérez le par vous-même :

_MG_0203

IMG_0206

IMG_0207

IMG_0208

En entrant dans Queenstown, le temps estival sonne comme une invitation à flâner, programme qui s’impose dès lors que nous avons parqué le van et déposé les 3 $ dans l’horodateur. Nous avons trois heures devant nous. La ville est construite aux abords d’un lac majestueux, faisant face aux Remarkables, chaîne de montagnes imposantes qui se dressent telle une paroi hermétique au monde. Depuis le centre, il est possible de monter dans un téléphérique et d’apprécier la vue environnante mais nous n’y trouvons guère d’attrait, tout juste une curiosité. Nous prenons à défaut la direction du port et mangeons dans une halle à l’abris du vent. Deux plats vietnamiens nous seront amenés par une serveuse à l’adorable minois mais ce n’est pas ce que nous retenons en premier lieu. Nous gardons plus précisément en mémoire la glace italienne que certains léchaient à pleine langue quelques minutes auparavant et mettrons un temps infini à en localiser le point de vente. Alors nous faisons quelques achats néo zélandais entre-temps. De vrais globe trotters… Nous nous perdons surtout dans un parc qui a tout pour lui : frisbee golf au milieux des sapins, courts de tennis en bordure du jardin botanique, skate parc discret, littoral resplendissant faisant face à la péninsule attenante… Cet espace nous absorbe. Si bien que nous terminons par manger une glace une heure après celle indiquée par l’horodateur puis déambulons encore quelque temps, histoire de compléter nos achats. Rien à foutre!

_MG_0250

_MG_0249

_MG_0254

_MG_0256

_MG_0257

_MG_0263

_MG_0276

 

 

_MG_0282

_MG_0283

_MG_0401

_MG_0294

_MG_0298

_MG_0301

_MG_0310

 

_MG_0313

_MG_0314

_MG_0326

_MG_0328

_MG_0336

_MG_0337

_MG_0340

_MG_0347

_MG_0351

_MG_0352

_MG_0353

_MG_0356

_MG_0361

_MG_0367

_MG_0378

_MG_0405

_MG_0412

_MG_0244

_MG_0240

_MG_0238

_MG_0237

_MG_0235

_MG_0226

_MG_0217

Dès lors infime, le chrono restant pour rejoindre Wanaka nous invite à solliciter le Lac Hayes qui nous avait accueilli avec majesté deux jours plus tôt. L’occasion pour moi de faire des photos de nuit. Au petit matin, les plus imprudents ont la gueule de bois. Elle est lourde de 200 $. Nous apprendrons en marchant entre les véhicules endormis que seuls ceux n’ayant pas la mention de self contained ont été verbalisés sans préavis. Deux poids, deux mesures dans ce monde. On se dit alors qu’il vaut mieux savoir perdre de l’argent en amont pour finalement en sauver en aval…

_MG_0528

_MG_0527

_MG_0523

_MG_0518

_MG_0517

_MG_0491

_MG_0478

_MG_0470

_MG_0469

_MG_0455

 

_MG_0453

 

_MG_0439

_MG_0436

_MG_0426

_MG_0422

_MG_0421

La suite du trajet nous invite à escalader la montagne pour tirer le veau en direction de Wanaka, ville paisible construite elle aussi à proximité d’un lac. Encore un… Nous longeons la plage sans déplaisir, appréciant la douceur saisonnière, puis faisons quelques autres courses d’appoints, dont un demi poulet que les guêpes boufferont en notre présence. Une vraie colonie qu’il nous faudra vaillamment ignorer, même si leur compagnie a quelque chose de franchement incommodant. « Je te rappelle que c’est moi qui suis allergique » me souffle Koh Sandra, visiblement peu impressionnée par cette nuée en train de lécher son poulet. « Il suffit juste de ne pas en avaler une ». Pragmatique. On fait ce que l’on peut.

_MG_0535

_MG_0588

_MG_0586

_MG_0579

_MG_0569

_MG_0566

_MG_0553

_MG_0537

Le vent finit par se lever et les chasser une à une, leurs petites ailes ne pouvant plus faire grand chose face à la tourmente des bourrasques néo zélandaises. Cela nous permet de convenablement ranger nos affaires puis de déguerpir dans le Far West. Oubliez les canyons, Lucky Luck et sa monture. Ici le terrain est… tropical. Nous roulons un temps considérable sous le poids d’une pluie torrentielle qui fouette la carlingue du véhicule. Comme dans les fjords, les montagnes se gorgent d’eau et font naître des cascades qui  se brisent sur le bord de la route dans un vacarme tonitruant.

_MG_0593

_MG_0606

_MG_0604

_MG_0628

_MG_0620

_MG_0618

L’accalmie pointe le bout de son nez lorsque nous arrivons en bord de mer, l’occasion de s’arrêter pour boire un café. En suivant une pancarte nous arrivons dans le parking d’un vendeur de poissons, seule âme vivant sur le littoral. Un petit stand se dérobe de la maison familiale avec un léger couvert pour accueillir un attroupement de quatre jeunes qui sirotent un verre de blanc entre les gouttes. Le propriétaire des lieux cuisine Le Whitebait, petit poisson très prisé dans la région. Le kilo part à hauteur de 90 $. Curieux, nous lui demandons de nous y faire goûter. Il sort alors un gros bocal de derrière son comptoir duquel il extrait une nuée de ces poissons noyés dans le visqueux du jaune d’oeuf, une louchée qu’il tartine sur sa grande plaque fraîchement nettoyée. En dix minutes, il nous les sert sur deux toasts qu’il a finement assaisonnés. Une belle bouchée à 9 $ la tranche de pain.

grande-b1796b7d27a1e40ee43812accaf379b3b1625d40

Nous reprenons la route avant que la nuit ne tombe, sous un  déluge sans commune mesure, roulant aux pieds de glaciers invisibles. Nous finissons dans un camping / parking où tous ceux qui ont voulu économiser 40 $ viennent y passer la nuit, près d’un autre lac. Au menu, gratin de pâtes.

_MG_0639

Au lendemain, nous reprenons la route sans nous sustenter davantage. Après avoir roulé une heure, nous faisons halte dans une aire en amont de la route principale, modeste mirador caché des yeux du monde pour cuisiner quelque chose. Ce qui retiendra mon attention surtout, au moment d’aller pisser un verre, ce sont les ossements suspects à mes pieds. Un potentiel cadavre jeté dans la nature et qui invite à imaginer nombre de scénarios morbides. Les restes qui moisissent près d’une merde rutilante semblent bien humains, et ça personne ne pourra l’enlever de ma tête. Un road trip qui a fort mal terminé pour certains. Le nôtre se prolonge en direction de Kaikoura, point que nous souhaitons rallier à défaut du grand nord.

_MG_0642

_MG_0677

_MG_0676

_MG_0673

_MG_0672

_MG_0666

_MG_0665

_MG_0656

_MG_0655

_MG_0653

_MG_0649

_MG_0644

En chemin nous faisons un arrêt pour cuisiner, arrêt où nous comprenons que les sandflies ne nous feront aucun cadeau. Juste le temps de prendre quelques photos à l’extérieur qu’une nuée me course, ayant fait de moi leur casse-croûte favori, seul morceau de viande offert à leurs morsures. Le reste de la colonie semble chercher la faille à l’entrée de la porte coulissante du van au sein duquel Koh Sandra prépare sa mixture. Certaines pénétreront à l’intérieur le temps que je me mette à l’abris. Elles resteront collées à la vitre, inoffensive, avant de finir leurs vies dans un mouchoir.

_MG_0731

_MG_0766

_MG_0765

_MG_0763

_MG_0758

_MG_0755

_MG_0752

 

_MG_0749

_MG_0748

_MG_0747

_MG_0742

_MG_0739

_MG_0736

Nous n’avons plus grand chose à rouler avant d’arriver à notre prochaine destination. Nouvelle surprise en cours de route, la région est en proie aux flammes. Cinq hélicoptères remplissent des sceaux d’une eau puisée dans le fleuve aval. On se demande comment ce ballet aérien espère contrer le brasier avec une si petite réserve de liquide. On se dit alors qu’ils ont l’habitude de ce dispositif.

Copie de DSC03408

Copie de DSC03410

Copie de DSC03412

Copie de DSC03413

Copie de DSC03414

Copie de DSC03415

Copie de DSC03416

Copie de DSC03417

Nous ne perdons guère plus de temps et avançons à vive allure vers les bains thermaux d’Hanmer Spring, le temps de gauger cinq heures dans des bassins allant de 33° à 40°. Un délice absolu. Nous trainons ensuite le van dans la partie haute de la ville, à l’arrière d’un parc près du service de voirie. Emplacement gratuit et de qualité, dernier saut dans les bras de Morphée avant de tirer notre carlingue jusqu’à Kaikoura, la sauvage. Quand nous reprenons la route au lendemain, après avoir mangé une assiette de pancake recouverte de lards grillés (!) et parlé avec l’alsacienne qui nous servait notre repas, nous remarquons que les voltiges aériennes n’ont pas contenu tout l’incendie. La face de la montagne ravagée a toutefois épargné deux maisons éparpillées dans le bosquet. Dans cette odeur de cendres, nous montons les tours et roulons à plein poumons vers le Grand Est qui lui est réputé pour sa faune. Koh Sandra aimerait aller danser avec les otaries…

IMG_6403

IMG_6401

IMG_6400

IMG_6399

IMG_6398

IMG_6397

IMG_6391

IMG_6412

IMG_6410

IMG_6408

  • Petit mot de conclusion

Merci de nous suivre avec autant de rigueur, votre participation et fidélité nous sont précieuses.

L’ouest de la Nouvelle Zélande (île du Sud), surprend par son sauvage. Personne ne vit vraiment dans cette région – un millier d’âmes tout au plus – ce qui donne le sentiment d’arpenter des espaces vidés de toute vie . La surprise de découvrir un univers aussi tropical en ces latitudes participent à l’étrangeté de ces paysages et nous encouragerait à revenir quelques jours avec un temps plus clément afin de mieux en saisir la substance. Définitivement.

Ne regardons pas trop en arrière, cap sur Kaikoura maintenant, le sauvage éden…

  • Suite au prochain épisode…

Jimmy Roura

2
Poster un Commentaire

Laisser un commentaire

  S’abonner  
le plus récent le plus ancien le plus populaire
Notifier de
Gobet

Plus besoin d’acheter Geo ou autres, les récits de votre voyage me comblent !!! Vivement le prochain numéro … Bises à Sandra et salutations au journaliste. Yvette

Nadia

Toujours heureuse de suivre vos périples et magnifiques découvertes par votre généreuse procuration, qu’est-ce que ça fait du bien 🙂